Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thrillermaniac

Thrillermaniac

Ce blog est consacré aux polars, thrillers et romans noirs, français ou étrangers. Je publie aussi régulièrement des interviews d'auteurs. Coups de coeur, et parfois (c'est rare !), coups d'aigreur. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ! ;-)


Le Dessinateur / Amphibole

Publié par Frédérick Rapilly sur 3 Décembre 2015, 02:22am

Catégories : #polar, #Crayon de couleur, #Meurtre, #Polar, #Policier

J'ai été contacté par le site Fyctia, une nouvelle plateforme de concours d'écriture qui permet à des auteurs (a-priori inconnus) de toucher leurs premiers lecteurs, d'être exposés, conseillés et publiés par une maison d'édition avec pignon sur rue en cas de victoire. On m'a proposé (sans rémunération !) de donner quelques conseils d'écriture en tant qu'auteur de thrillers (Le Chant des Âmes et Le Chant du Diable aux Editions Critic, en en poche aux Editions Pocket), et de "critiquer" des manuscrits qui m'auraient plu sur mon blog.

J'ai accepté car mon tout premier manuscrit (baptisé Teknokiller), je l'avais proposé via un concours similaire sur Internet. Je n'avais pas gagné (hélas ou heureusement, je ne sais pas...), mais cela m'avait permis de prendre suffisamment confiance en moi pour aller plus loin.

Voilà un premier compte-rendu d'un projet de polar/thriller baptisé "Le Dessinateur" d'un certain Amphibole (a-priori, ce n'est pas son vrai nom ;-)).

Si ma "critique" vous plaît, je vous encourage à aller le lire sur Fyctia (c'est gratuit !), et de laisser vos propres commentaires.

... C'EST QUOI L'HISTOIRE ?

Des crayons de couleur... C'est avec ces objets a priori anodins qu'un tueur plutôt imaginatif a décidé d'assassiner des femmes. Une, puis deux... A chaque fois, les crayons sont plantés dans le dos de la victime. A chaque fois, celle-ci en agrippe encore un entre ses mains. Comme si elle avait été surprise sur le lieu du crime en pleine séance de dessin. Tandis que le tueur, à chaque fois aussi, abandonne derrière lui un portrait au détail près des jeunes femmes massacrées. L’œuvre d’un véritable artiste... Un inspecteur un peu désabusé, un certain Gordon Smith rétrogradé pour une sale affaire de moeurs, est mis sur cette drôle d'enquête. D'emblée, une chose le trouble lorsqu'il découvre les scènes de crime par photos interposées : peut-on vraiment tuer quelqu'un avec des crayons de couleur ?

... ET C'EST COMMENT ?

L'idée de départ de l'intrigue de ce polar est suffisamment originale pour attirer l'attention, et donner l'envie d'en découdre avec le texte d'Amphibole. Le premier chapitre n'est pas très catchy, son titre "Routine Matinale" l'indique de suite... Dommage. Pourquoi ne pas entrer dès le départ dans le vif du sujet ? Les meurtres ! Surtout que Gordon, le "héros" découvre ensuite les scènes de crime indirectement via des photos avant de se rendre sur les lieux... Mais la dernière victime, tout juste morte, a déjà disparu. Pour qui ? Pourquoi ? Dans la "vraie" vie, cela paraît improbable et même impossible qu'un flic qui débarque sur ce genre d'affaire n'ait pas accès au corps. On est dans un polar/thriller a priori réaliste, même si les meurtres semblent saugrenus... Et il y a des règles à respecter, même pour les héros de fiction. Ceci mentionné... Tout ça n'est pas très grave. Un peu de réécriture, quelques conseils avisés d'un éditeur pour remettre tout ça d'équerre, et roule ma poule...

Sur l'écriture, Amphibole ne fait pas dans l'hyperbole (jeux de mot à la con de ma part... Sorry !) et privilégie la simplicité, l'efficacité du style. Tant mieux. Attention aux différences de niveaux de langage (D'un côté "Néanmoins", de l'autre "parlotte"), aux répétitions ("Il" x 1000 / Gordon x 100)... Un petit conseil : se faire un liste de nom ou qualificatif pouvant remplacer le prénom et le nom du personnage. Le flic, l'inspecteur, le policier... Et bien se mettre dans la tête de son personnage : pourquoi agit-il comme ça ? Est-ce que j'ai besoin de l'expliquer là, tout de suite, ou son comportement est-il déterminé par tel ou tel chose qui lui est arrivé dans le passé ? Est-ce que j'ai besoin aussi quand je dis que mon personnage est fatigué d'écrire tout de suite que c'est parce qu'il n'a pas dormi de la nuit ? Peut-être que le fait que moi, l'auteur, le sache, suffit sans que j’aie besoin de le justifier. Voilà... Le manuscrit du "Dessinateur" ne compte que 7 chapitres pour le moment, mais moi, j'ai bien envie d'en savoir plus. Et de comprendre les motivation du « Dessinateur. »

Frédérick Rapilly

POLAR. Le Dessinateur par Amphibole, à lire sur www.fyctia.com

Le Dessinateur / Amphibole

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents