La Saignée / Cédric Sire

... C'EST QUOI L'HISTOIRE ?

Il y a des gens qui ne savent que cogner… Et aussi encaisser. C’est le cas d’Estel. Cogner, cogner, cogner. Morfler, morfler, morfler. Pour oublier. Pour ne plus penser. Ne plus aimer. Juste ressentir. La douleur.Virée de la police à la suite d’une bavure débile, Estel est devenue une sorte de body-guard, une statue de métal que se paye certains pour inspirer le respect et la peur. Et si ce sont des malfrats, des salopards avec du sang sur la conscience, Estel n’a de toute façon plus vraiment le choix. Jusqu’à ce qu'un jour cela aille trop loin. Vraiment trop loin. De son côté, Quentin est un autre genre de champion. Un as de la traque virtuelle, un fondu du Dark Web, un flic surtout ou plutôt un bouledogue qui ne lâche jamais rien. La découverte d’une « red room », un endroit quelque part dissimulé sur la Toile, en France ou ailleurs, connue de ses adeptes sous le nom de La Saignée, un lieu qui semble accueillir de véritable séance de torture en direct, va tout faire percuter. Les vies d’Estel, de Quentin, mais aussi d’un écrivain sadique (qui pourrait ressembler à Cédric Sire), d’un amoureux transi, d’une petite génie des connections, et aussi d’une autre flic qui ne se sait rien laisser au hasard. 

... ET C'EST COMMENT ?

Après la grosse claque assénée par son précédent roman, le troublant Vindicta publié en 2019 (disponible depuis mai 2021 chez HarperCollins Poche), Cédric Sire renouvelle la performance - à l’aise Blaise, les doigts dans le nez - et nous entraîne dans un univers complètement improbable avec des personnages toujours borderline. A chaque fois, l’intrigue est à la limite du dérapage fatal, flirte avec le grand n’importe quoi, mais… Et c’est là tout son talent de romancier virtuose, à chaque fois, il arrive à ferrer complètement son lecteur. Et celui-ci ne peut qu’accepter ce pacte diabolique l’entraînant loin, très loin dans les enfers nés de l’imagination de Cédric Sire, aussi rouges que le sang et la fureur. L’écriture est toujours très personnelle, en résumé pas tout à fait dans les normes du canon académique de la littérature classique. Idem pour ses obsessions autour d’une forme d’ultra-violence, ainsi que pour des personnages chancelants, éprouvés, abîmés plus que de raison, et toujours en marge de la société. Mais tout ça fait le style, le charme vénéneux de Cédric Sire. Un auteur qui, tout en ayant réussi à cultiver sa singularité (son côté métaleux-gothique assumé), réussit à se renouveler depuis une triplette de romans et à s’affranchir du genre fantastique où il s’était fait connaître à ses débuts. Reste donc un polar qui percute et vous laissera KO, tout pantelant, prêt à s’en reprendre plein la gueule très très vite. Prévoyez des mouchoirs pour éponger le sang...

Frédérick Rapilly (#FRAP)

Cote d'amour = 80 %

THRILLER. Fayard Noir, 560 pages, 21,90 E

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog