Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thrillermaniac

Thrillermaniac

Ce blog est consacré aux polars, thrillers et romans noirs, français ou étrangers. Je publie aussi régulièrement des interviews d'auteurs. Coups de coeur, et parfois (c'est rare !), coups d'aigreur. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ! ;-)


Armelle Carbonnel : "Mon surnom ? La nécroromancière..."

Publié par FRAP sur 11 Janvier 2016, 02:47am

Catégories : #polar, #Huis-clos, #prison, #reality-show, #Etats-Unis, #roman noir, #tueur en série

INTERVIEW. Parisienne, Armelle a commencé par écrire des poèmes à l'âge de 8 ans, avant de se lancer dans un roman fantastique, puis des pièces de théâtre et... Criminel Loft. Un huis-clos situé dans un sanatorium aux Etats-Unis où huit condamnés à mort (6 hommes et 2 femmes) jouent littéralement leur vie dans un reality-show retransmis à la télévision. Chaque semaine, les téléspectateurs votent pour éliminer un candidat qui retrouve ainsi sa place dans le couloir de la mort. Un polar/thriller/roman noir très remarqué qui donne envie d'en savoir plus sur cette auteur qui "fait parler les morts", et qui n'avait publié jusqu'alors qu'une nouvelle dans le recueil collectif Santé !

Criminal Loft est ton premier roman publié mais il a eu une histoire mouvementée... Peux-tu raconter la genèse de ce livre et ses mésaventures, et aventures ?

Effectivement Criminal Loft a connu plusieurs vies. Publié en autoédition en 2011, il prend un premier envol fin 2012 et atterrit chez un éditeur « poche », plus exactement sur le bureau d’une directrice de collection. Un mois plus tard, je suis convoquée par ladite responsable qui m’apprend qu’elle souhaite publier Criminal Loft en « inédit ». C’était juste avant les vacances de noël… Quelques semaines pour réfléchir à sa proposition… Mais en janvier 2013, la maison d’édition connaît de multiples remaniements internes et le projet est abandonné. L’année suivante, sur les conseils d’un auteur que j’admire – et dont je ne citerai pas le nom -, je le soumets à MA Editions qui décide de le publier. Je tiens compte de leurs remarques pertinentes et retravaille le roman. Six mois plus tard, l’entreprise est placée en liquidation judiciaire. Retour à la case départ ! Puis, en 2015, les éditions Fleur Sauvage « ressuscitent » Criminal Loft, préfacé, de surcroît par Laurent Scalese. Et l’aventure commence enfin…

Qu'est-ce qui t'a donné envie d'écrire ? Le déclic ? As-tu un souvenir précis ?

J’ai la sensation de toujours avoir écrit. Un héritage génétique, je pense. J’ai commencé à l’âge de huit ans, avant même de m’intéresser à la lecture. Je me souviens encore du titre de mon premier poème... Réincarnation.

Comment as-tu eu l'idée de Criminal Loft ?

La télé-réalité est un phénomène qui m'a interpellée en 2001 avec la diffusion de Loft Story. D'autres émissions ont suivi, plus dérangeantes, plus violentes. Alors je me suis posée la question de savoir jusqu'où l'homme pourrait aller pour répondre à la demande des téléspectateurs qui nourrissent un intérêt, parfois morbide, pour ce genre de "divertissement".

Plus jeune, quelle genre d'élève étais-tu ? Plutôt scientifique, littéraire, sportive ?

Pas une once d’hésitation… littéraire !

Te souviens-tu de tes notes au Bac de français ?

Malheureusement, je n’ai pas eu l’opportunité d’aller jusqu’au Bac de français... Je suis entrée très jeune dans la vie active.

Qui lisais-tu adolescente ? Y-a-t-il un livre, une scène qui t'ait marqué et dont tu te souviennes ? Peux-tu nous le raconter ?

Un livre : Carrie de Stephen King. La scène du bal, bien sûr ! Je visualise encore le sang de cochon déversé et ce sentiment d’humiliation si parfaitement retranscrit… Glaçant !

Comment écris-tu ? As-tu des habitudes ? Des rituels ? Un endroit précis ? Peux-tu le décrire ? Est-ce que tu écris à plein temps, ou as-tu une activité professionnelle à côté ? Et laquelle ?

J’écris toujours sur papier blanc avec un feutre noir. Une vieille manie ! Ensuite seulement, je m’installe devant mon clavier. J’ai besoin de m’isoler grâce à la musique – Berlioz m’a accompagnée pour l’écriture de Criminal Loft -, mais curieusement, j’aime travailler dans des lieux publics. Bien sûr, j’aimerais écrire à plein temps, mais j’ai effectivement une autre activité professionnelle à laquelle je consacre 35 heures par semaine…

Est-ce que tu es du genre à construire un plan ou plutôt à partir à l'aventure ?

Je n’ai pas de schéma type. D’un livre à l’autre, mon approche est différente. Certaines histoires nécessitent un plan en fonction de leur complexité. D'autres méritent qu'on parte à l'aventure...

A quoi est du ton surnom de "nécromancière" ? Qu'est-ce qu'il signifie ?

Il y a déjà quelques années, lors d’une conversation, quelqu’un m’a demandé quel « surnom » me définirait le mieux. « Nécromancière » s’est imposé comme une évidence. La contraction de « nécromancienne » et « romancière » se révélait appropriée, puisque les morts ont placé leur confiance en moi pour raconter leur histoire…

Est-ce que tu écoutes de la musique en écrivant ? Avant, après ? Et si oui, quels genres ? Quels morceaux ?

La réponse est contenue dans une de mes précédentes réponses (;-)).

Pour tes personnages, comment sont-ils fabriqués ? Empruntes-tu à la réalité ? Ou pas ? Est-ce que des amis à toi (ou des ennemis) pourraient se reconnaître dans les 8 personnages principaux de Criminal Loft ?

Phénomène curieux (mais véridique), mes personnages se construisent eux-mêmes. Ce sont eux qui décident de leur destinée, leur passé, les lieux où ils souhaitent aller. Je ne fais que me laisser guider par leurs intentions. Je suis à l’écoute de leurs attentes. Bien sûr, certains traits de caractère peuvent être empruntés à des êtres « réels », croisés au fil des jours, mais sans intention de pointer du doigt une personne en particulier. Quant à la dernière question, il est possible que je me reconnaisse à travers certains personnages…(sourire)

Ton livre est très cinématographique... As-tu été approché par l'univers du cinéma ou de la télévision ?

La remarque est récurrente, en effet. Très peu de temps après sa parution en auto-édition, Criminal Loft a retenu l’attention d’un scénariste, Baptiste Le Cunff, qui a adapté le roman sous forme de série. Deux importantes productions nous avaient contactés pour une éventuelle collaboration, mais les projets n’ont finalement pas abouti. Actuellement, Baptiste travaille sur la nouvelle version du livre ; Alors s’il y a un producteur dans la salle… (sourire).

Est-ce que tu fais des recherches comme un journaliste ou tu te laisses guider par ton imagination ? Je pense notamment au lieu où se déroule l'intrigue de Criminal Loft ? L'aurais-tu visité ?

Je cumule les deux aspects. L’imagination est un déclencheur, mais pour que ça fonctionne, les recherches sont indispensables. Je n’ai pas eu l’occasion de visiter le sanatorium de Waverly Hills, à proprement parler, mais je me suis documentée, au point que j’ai eu la sensation d’y avoir séjourné !

Tu travailles en ce moment sur ton prochain thriller... Peux-tu nous révéler son titre, et son pitch ?

C’est exact, je travaille sur mon prochain roman… mais je ne suis pas encore en mesure d’en révéler davantage ! Si ce n’est que le lieu tiendra, une fois de plus, une place importante dans l’histoire…

Propos recueillis par mail par Frédérick Rapilly (janvier 2016)

THRILLER. Criminal Loft, Editions Fleur Sauvage , 432 pages, 19,95 E

Armelle Carbonnel (auteur de Criminel Loft)

Armelle Carbonnel (auteur de Criminel Loft)

Commenter cet article

Thania 28/01/2016 13:34

Merci pour cet article. Que c'est beau d'être écrivain!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents