Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thrillermaniac

Thrillermaniac

Ce blog est consacré aux polars, thrillers et romans noirs, français ou étrangers. Je publie aussi régulièrement des interviews d'auteurs. Coups de coeur, et parfois (c'est rare !), coups d'aigreur. N'hésitez pas à me laisser des commentaires ! ;-)


Ainsi vint la nuit / Estelle Surbranche

Publié par Frédérick Rapilly sur 23 Juin 2015, 17:46pm

Catégories : #Polar, #Surf, #Pays Basque, #Noir, #Tueuse, #drogue, #Trafic, #Mafia

… C’EST QUOI L’HISTOIRE ?

Sea, sex § surf… and a hell lot of drugs ! Ils étaient partis sur la côte basque se la jouer Kelly Slater ou Tom Curren sur les vagues de l’Atlantique. Et puis un jour, en sortant de l’eau, les deux étudiants parisiens (Matthieu et Romain) tombent sur ce qu’ils n’auraient pas du trouver, une sorte de Graal maléfique dont tout le monde parle : une petite dizaine de kilos de cocaïne soigneusement emballés, ayant échoué sur les rochers. Les ramasser ? Se défiler ? Les Parigots - têtes de veaux - ne se posent pas longtemps la question et filent avec la marchandise. De quoi financer quelques belles soirées, et plus si affinités ! Mais voilà, la poudre appartient à quelqu’un. Et celui-ci – un Serbe - a bien l’intention de remettre la main dessus, et de faire passer un message auprès de petits branleurs qui oseraient le défier. Nathalie, son bras armé, va s’en charger, ange maléfique hantée par ses morts dans les Balkans. En face, pour s’opposer à cette tueuse sadique, une autre femme : Gabrielle, la capitaine de police Levasseur. Un personnage à l’équilibre précaire. Qui tuera qui ?

… ET C’EST COMMENT ?

Assez efficace, avec quelques scènes très catchy. On plonge très vite dans cette histoire où la drogue (son abus, surtout) va révéler rapidement les caractères des uns et des autres, ce dont les gens ordinaires sont capables par… Amour ou dépit. L’auteur(e), journaliste et ancien DJ, décrit avec talent et méticulosité la descente aux enfers de ses deux "héros", Matthieu et Romain, et s’attache à raconter le pays Basque, son ambiance en bord de mer, les petits trafics… Une première partie très efficace, et prometteuse. L’intrigue se délite un peu après que les personnages ont migré sur Paris, et que « l’affrontement » entre Gabrielle et Nathalie se dessine. Mais pas d’inquiétude, l’histoire se tient. On referme ce néo-polar qui évoque parfois l’univers du français Marin Ledun (Au Fer Rouge, L’Homme qui a vu l’Homme…), ou celui des américains Kem Nunn (Surf City, La Reine de Pomona…) et Don Winslow (La Patrouille de l’Aube…), en se disant que l’on retrouvera avec plaisir une partie des personnages (les survivants) dans la suite de ce que la prolixe Estelle Surbranche a déjà pensé comme une trilogie.

Frédérick Rapilly

Cote d’amour = 65 %

POLAR. Ainsi vint la nuit, Editions La Tengo, 352 pages, 18 E

Ainsi vint la nuit / Estelle Surbranche

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents